LIEUTENANT-COLONEL ARTHUR GUINDON 2017-08-03T17:59:21+00:00

Project Description

LIEUTENANT-COLONEL ARTHUR GUINDON

2e Bataillon

1942-1945

Le Lieutenant-colonel Arthur Guindon, né à Sainte-Agathe-des-Monts le 22 juillet 1897, avait complété à l’École des Hautes-Études commerciales, des études débutées au Longan English Grammar School dans les Laurentides.

Il avait à peine 18 ans lorsqu’il débuta sa carrière comme soldat au Régiment de Québec en 1915. Licencié en 1919, il se joignit alors à une firme d’importateurs avant d’entrer au service de la Monarch Knitting.

Entré aux Carabiniers Mont-Royal en 1924, Guindon gravit les échelons jusqu’à devenir Major en 1936. En 1945, le ministre de la Population du Gouvernement provisoire français lui décerna un Certificat d’honneur et de reconnaissance pour son aide généreuse aux œuvres françaises durant la guerre de 1939-45.

En février 1941, le Major Arthur Guindon fut appelé à succéder au Lieutenant-colonel Massue comme commandant adjoint, pendant que le 2e Bataillon des Fusiliers Mont-Royal poursuivait son entraînement à la caserne de l’avenue des Pins ou au Camp de Farnham, selon la saison.

Lorsque, au lendemain du raid de Dieppe, en septembre 1942, le Lieutenant-colonel Guindon devint officiellement commandanat du 2e Bataillon, la reconstruction nécessaire du 1er Bataillon avait vidé les dépôts de tous les volontaires disponibles. Guindon reçut donc l’ordre de reformer le bataillon qui, une nouvelle fois, réussit à recruter 900 hommes. Cette opération fut répétée cinq fois. Le 2e Bataillon joua donc avec un succès complet son triple rôle d’aider à la défense du Canada, d’alimenter continuellement en officiers, sous-officiers et soldats le 1er Bataillon outre-mer et à fournir un personnel qualifié aux centres d’entraînement militaire. Le 2e Bataillon aura réussi à s’adapter à ce perpétuel flux et reflux du personnel.

Le dernier geste officiel de Guindon fut, au printemps de 1946, à la tête de son bataillon, de recevoir le 1er Bataillon qui revenait de combattre outre-mer. Le 17 juillet 1946, il quittait les Fusiliers Mont-Royal qu’il avait servis avec dévouement durant 23 ans.

Décoration

Officier de l’Ordre du mérite militaire OMM, Chevalier de l’Ordre Saint-Jean de Jérusalem,

Médaille du jubilé d’argent de la Reine Élisabeth II,

Médaille du 125e anniversaire de la Confédération du Canada,

Médaille du jubilé d’or de la Reine Élisabeth II,

Médaille du jubilé de diamant de la Reine Élisabeth II,

Décoration des Forces canadiennes CD avec 2 agrafes.